14 novembre 2018

Jeu de l'oie, de poule et d'hippoptame

Bientôt sur tous les écrans de vos rêves, Hippo et Paulette vont s'affronter lors d'un jeu de l'oie festif et mémorable ! Voici un aperçu de l'étendu des dégâts :  et des règles du jeu à la va comme je te pousse :
Posté par Bilichou à 14:15 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :

13 novembre 2018

Ce qui me tient debout #5

Posté par Bilichou à 14:33 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,
10 novembre 2018

Ce qui me tient debout #4

 ALCOOLS  : Poèmes 1898 - 1913 de Guillaume APOLLINAIRE,  (1880 - 1918). ed. de La Nouvelle revue française (Gallimard) , 1920    Léo Ferré a chanté le poème d'Apollinaire. Notre anar national, mes parents l'écoutaient en boucle alors qu'ils préparaient la soupe le soir quand j'étais enfant. (ce qui faisait beaucoup pour une seule gamine....)   Feu! Chatterton évoque notre grand blessé de guerre dans "Souvenir"...  
Posté par Bilichou à 13:12 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,
08 novembre 2018

Ce qui me tient debout #3

  Le ciel, l'immensité, l'odyssée, l'espace, décollage immédiat à tout jamais et pour toujours...la fête.    
Posté par Bilichou à 19:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,
06 novembre 2018

Ce qui me tient debout #2

 ou Paris by night Place de la Concorde de nuit, petite, en voiture avec mes parents, les lumières de la ville qui brillent,  les phares scintillants des voitures qui tourbillonnent autour de nous.... Et puis, Une envie soudaine d'aller sur la route de Monthléry en direction de Paris, à la tombée de la nuit, un dimanche pluvieux d'hiver, la nationale bondée avec ses deux files de voitures qui se croisent, celle des lumières rouges et celle des lumières jaunes...Hum, le bon vieux moral à zéro, sur un air de trompette... [Lire la suite]
Posté par Bilichou à 18:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
05 novembre 2018

Ce qui me tient debout #1

ou Les grandes eaux des  "Parapluies de Cherbourg" de Jacques Demy.   Plus je vieillis, plus je ramollis, et pas que de la couenne, de la cervelle aussi. Les souvenrirs d'enfance, la magie du cinématographe, toute une histoire ! Ce besoin vital de tressaillir de tout son être. Enfant, j'avais insisté auprès de ma mère pour aller au cinéma avec une copine à elle et sa nièce. Elles allaient voir le film "Peau d'âne". Ma mère avait finalement cédé. C'était la faute de son amie aussi qui me racontait toujours plein,... [Lire la suite]