L'imaginarium de Myrtille Taff

14 novembre 2018

Jeu de l'oie, de poule et d'hippoptame

Bientôt sur tous les écrans de vos rêves, Hippo et Paulette vont s'affronter lors d'un jeu de l'oie festif et mémorable !

Voici un aperçu de l'étendu des dégâts :

Jeu de l'oie inventée

 et des règles du jeu à la va comme je te pousse :

Règles du jeu de l'oie personnelles

Posté par Bilichou à 14:15 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :


13 novembre 2018

Ce qui me tient debout #5

IMG_20160717_114757

Posté par Bilichou à 14:33 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,

10 novembre 2018

Ce qui me tient debout #4

 
ALCOOLS
  : Poèmes 1898 - 1913 de Guillaume APOLLINAIRE,  (1880 - 1918). ed. de La Nouvelle revue française (Gallimard) , 1920

  

Léo Ferré a chanté le poème d'Apollinaire. Notre anar national, mes parents l'écoutaient en boucle alors qu'ils préparaient la soupe le soir quand j'étais enfant. (ce qui faisait beaucoup pour une seule gamine....)

 

Feu! Chatterton évoque notre grand blessé de guerre dans "Souvenir"...

 

Posté par Bilichou à 13:12 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,

08 novembre 2018

Ce qui me tient debout #3

Coucher du soleil sur Blonville

 

Le ciel, l'immensité, l'odyssée, l'espace, décollage immédiat à tout jamais et pour toujours...la fête.

 

 

Posté par Bilichou à 19:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,

06 novembre 2018

Ce qui me tient debout #2

Paris by night

 ou Paris by night

Place de la Concorde de nuit, petite, en voiture avec mes parents, les lumières de la ville qui brillent,  les phares scintillants des voitures qui tourbillonnent autour de nous.... Et puis, Une envie soudaine d'aller sur la route de Monthléry en direction de Paris, à la tombée de la nuit, un dimanche pluvieux d'hiver, la nationale bondée avec ses deux files de voitures qui se croisent, celle des lumières rouges et celle des lumières jaunes...Hum, le bon vieux moral à zéro, sur un air de trompette déchirant et déchiré diffusé sur Fip Radio....

image2 - Copie (2)

image1

Extrait du roman, "Les filles, c'est vraiment des pauvres types" de Christine Van de Putte, ed. Flammarion

 

Posté par Bilichou à 18:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

05 novembre 2018

Ce qui me tient debout #1

ou Les grandes eaux des  "Parapluies de Cherbourg" de Jacques Demy.

 

Un peu de magie dans ce monde de brutos...

Plus je vieillis, plus je ramollis, et pas que de la couenne, de la cervelle aussi. Les souvenrirs d'enfance, la magie du cinématographe, toute une histoire ! Ce besoin vital de tressaillir de tout son être. Enfant, j'avais insisté auprès de ma mère pour aller au cinéma avec une copine à elle et sa nièce. Elles allaient voir le film "Peau d'âne". Ma mère avait finalement cédé. C'était la faute de son amie aussi qui me racontait toujours plein, "d'histoires de sorcières". Fièrement, j'étais allée voir avec elles ce film de Jacques Demy dans un cinéma plutôt défraichi à l'époque, "Le Balzac". Je n'avais pas été déçue de ce voyage féerique

 

image1

image2 - Copie

(Je n'aurais pas formulé de cette façon, l'émotion que me procure ce film de Jacques Demy mais quand la magie du cinéma opère, ça vous tombe dessus comme la foudre)

 Extait du roman, "Les filles c'est vraiment des pauvres types" de Christine Van de Putte, ed. Flammarion.

 

28 octobre 2018

Il était une fois Hippo...

Dessin de HippoHippo

 La SAGA Hippo and Paulette se poursuit avec le deuxième opus, et non des moindres, et non des moins épiques :  l'histoire de hippo. Il s'agit d'un parcours tout à fait surprenant et atypique pour un animal aussi placide en apparence. Nous sommes loin de nous douter des aventures extraordinaires qu' a connues hippo, surtout si l'on se fie à ses premières années monotones. En effet, dans un pays d'Afrique sub-saharienne, le jeune hippo barbotait dans les eaux tranquilles d'un marigot infesté de toutes sortes de bêtes à écailles. Hippo ne savait pas exactement dans quel pays il vivait, son fleuve étant situé à différents confluents. Toute la journée, pour tromper l'ennui (un peu comme moi), il ingérait toutes sortes de victuailles végétales indéterminées. L'estomac d'un hippopotame est une vraie curiosité  :

On dirait des tubercules à poils ras

[Estomac_de_l'hippopotame]___[dessin]_BNF
Notre ami ventru, (je n'irai pas jusqu'à dire ventripotent), évoluait dans un décor bien différent de celui de Paulette. Nous étions à mille lieues des bocages normands de la ferme natale de notre gallinacée favorite. Enfin, pour une poulette du calvados, le pays de Hippo se trouvait  aux antipodes du sien. La vie d'alors de notre hippopotame bien aimé pourrait se résumer à l'un des réquisitoires de Pierre Desproges prononcé dans l'émission, "Les Flgarants délirés" diffusée sur France Inter :  réquisitoire sur deux hippopotames figurant dans un article précédent.   Hippo, à son grand dam (dam dam didou dam, dirait même Karen Cheryl), se prenait souvent le bec avec ses congénères et autres bêtes fortes en gueules disproportonnées. ...

Paultette :  C'est PAS les hippopotames qui se prennent le bec, révise tes classiques ma grande !

 Bon oui pardon, ce n'est pas l'expression consacrée. Je reprends, Hippo nageait donc en eaux troubles dans une vraie ambiance de panier de crâbes ! Pour couronner le tout, un jour, un couple d'hippopotames a fait une étrange découverte. Ils ont  trouvé sur le bord d'un chemin un bébé d'homme qu'ils ont ensuite élevé comme leur propre fils. Toute la communauté des hippopotames se pressait pour admirer cette étrange créature. Cependant, Bébé a vite grandi et considérablement grossi . Il s'amusait  à monter sur le dos de Hippo, à sauter dans l'eau pour éclabousser ses congénères. Le dessinateur Gotlib eut vent de cette histoire et en fit une bande dessinée : Grolarzan, L'homme hippopotame, élevé par des hippotames ("Rubrique à brac, T.2.)

D'ailleurs, dans son volumefoutraque, Gotlib consacre un épisode à cet être placide mais néanmoins imposant. Il décrit l'hippopotame comme un animal charmant et primesautier qui aime à folâtrer au bord de fleuves africains. C'est le portrait craché de notre cher protagoniste !

 Notre ami amphibie ne supportait plus les frasques de ce petit monstre humain. Il décida de changer de crémerie, si je puis dire ! Il voulait découvrir d'autres continents, explorer d'autres mondes. Je ne savais pas Hippo si radical. Toutefois, un hippopotamme vivant actuellement dans une mare en Sienne-et-Marne, grand copain d'une poule à la gueule infernale, c'est n'est pas si fréquent. Cela ne le change guère finalement de ses congénères et autres bêtes à fortes mâchoires ! Hippo devait bien venir de quelque part, Paulette aussi d'ailleurs. Il s'est donc rendu à Popotame emploi et leur a parlé de son envie de voir du pays. On lui a proposé un poste dans un zoo à Berlin Est...Hippo fit donc un long voyage tel Ulysse et autres aventuriers dont on parle encore dans les chaumières et dans les livres poussiéreux aux pages jaunis qui font éternuer.

 

Un mur était tombé, Hippo s'était retrouvé sans emploi. Plus personne ne venait le voir dans son zoo complètement déserté, les animaux s'étaient tous enfuis.... Dépité, notre hippopotame préféré reprit sa route, après quelques années à végéter dans une mare trouble et défraichie. En chemin, il rencontra des saltimbanques belges officiant dans un cirque !  Ils lui ont dit : "Si tu aimes voir du pays, t'en verras, viens dans notre cirque, on a besoin d'un Monsieur loyal pour présenter les numéros....

P_20181006_114418_vHDR_Auto (2)

Le monde du cirque c'est étonnant, tu verras on ne s'y ennuie jamais, toujours de l'action, des rebondissements en veux-tu-en voilà plein....."
(Extrait : Madagascar 3)

 Tu feras aussi toutes sortes de choses comme des numéros incroyables et fous dont tu n'as même pas idée ! Et dans le monde entier !

Au cours d'une tournée internationale, le cirque fit une halte à Poule-sur-Orucq. Hippo commençait à fatiguer. Quand il sautait dans des cerceaux de feu, il avait souvent peur de finir en hippopotame rôti. Il se disait parfois, que ça ne valait pas la peine de quitter ceux qu'on aime pour aller faire tourner un ballon sur son nez, comme dans la chanson, "La complainte du phoque en Alaska". Alors qu'il se reposait tranquillement dans une petite mare à l'écart de toute agitation, un bruit strident le tira de ses rêveries. Un petit machin s'agitait au bord de l'eau. C'était un curieux animal surmonté d'une crête. Cétait tout petit et ça faisait un boucan d'enfer. Tout le monde a bien entendu reconnu notre amie Paulette qui éructait pour dix....

 Désormais, Hippo vivait tranquillement dans sa nouvelle mare près du poulailler de Paulette. Un beau jour, il voulut voir Paris et il a vu Paris. C'est ainsi qu'il a rencontré son beau-frère curieux animal influent et fêtard. Son beau-frère était un être exceptionnel, il savait tout sur tout et avait ses entrées au fameux night-club, "Le Badaboum". Ce fut une sacrée découverte. Il en parla à Paulette et fut bien obligé de l'emmener s'il ne voulait pas qu'elle lui en veuille jusqu'à la fin de ses jours. Bon, il reconnaissait qu'il rigolait bien avec Paulette (à bicyclette) ! La tonique gallinacée avait toujours de bonnes anecdotes à raconter ! En fin de compte, vous me direz que même s'ils goûtent le calme de la campagne, ces deux larrons en foire se révèlent plutôt superficiels et exagérément urbains, adeptes des plaisirs de la dance en milieu nocturne. Telles sont leurs contradictions, personne n'est parfait ! 

Attention, le Badaboum, c'est toujours fermé le jeudi  !

 Hippo s'est recrée une nouvelle famille grâce à Paulette et son beau-frère. Si c'est pas merveilleux ! Non je n'ai pas été payée grasseement par les studios hollywoodiens pour tenir ces propos plein de bons sentiments ! Je ne consacrerai pas non plus un nouveau châpitre au beau-frère qui doit rester un personnage mystérieux et invisible comme le Charlie des "Drôles de dames" (pour rester dans la veine hollywoodienne).

Annexes ou Notes de bas de page si on sait comment les insérer dans un document parce que c'est pas à la portée de n'importe mais je m'égare...:

J'ai fait récemment une curieuse découverte dans le "Burger Quizz" d'Alain Chabat ou Comment les hippopotames expulsent ce qu'ils ont ingéré. Je n'ai pas été autorisée à raconter ceomment les hippopotames faisaient caca. Hippo, n'a pas voulu, je ne sais pas pourquoi...)

VOIR aussi Il était une fois Paulette...

Hippo et Paulette : série web et bien d'autres choses

 

En annexe subsidiaire susmentionné en bas à gauche, du changement dans ma vie si tranquille pourtant :
Mon blog a changé de nom :
Il ne s'appelle plus : "Les Bavardages de Myrtille Taff" mais L'Imaginarium de Myrtille Taff

 

Posté par Bilichou à 19:04 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

14 octobre 2018

le café du coin d'en bas de la rue du bout de la ville..

....d'en face du port...la java. (saint-malo)l

le rad préféré de hippo et paulette qu'ils aiment plutôt pas mal...

P_20181012_180533_vHDR_Auto_HP (2)

Posté par Bilichou à 10:34 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : ,