Les Bavardages de Myrtille Taff

18 janvier 2017

Ailleurs bye the sea

IMG_20161225_175554

J'avais trouvé une assez  jolie formule pour parler de mon manque d'assurance mais je l'ai oubliée.  Je suis décidément une vraie cruchasse. Parfois, je me sens comme un petit lapin perdu mais je  ne voterai pas François Fillon. Non, les petits lapins ne votent pas François  Fillon, même s'ils aiment bien se reproduire à  l'infini. Vous noterez la comparaison simpliste (?)  lapins/ catholiques pratiquants. J'ai fait un rêve curieux. Filllon etait devenu mon nouveau directeur, le nouveau + 2  de mon service.  Je devais rejoindre mon équipe qui était en reunion avec lui.  J'étais en retard, je n'arrivais pas à trouver cette fichue salle de réunion, me perdant a l'infini dans les dédales des couloirs et des escaliers biscornus de mon entreprise.

Mon lieu de labeur était à  la fois semblable et différent de la réalité comme dans les rêves. J'apercevais de temps à autres mon nouveau directeur très affairé perché en haut d'un escalier puis au bout d'un couloir, se dérobant sans cesse. Je le hélais  en m'obstinant à l'appeler "Patrick", il me répondait, lointain, ironique, avec un sourire condescendant mais je n'entendais rien. Il disparaissiat aussitôt. J 'étais une curieuse Alice au pays des fichiers Powerpoint, pousuivant une sorte de lapin maléfique, passé du côté obscur.

IMG_20161212_130839

C'est pourquoin entre midi et 2,  je m'en vais voir ailleurs, je m'échappe. je vais explorer d'autres mondes, je tente d'autres vies. Je m'évade, je traverse les murs, les parois pour voir l'envers du décor, je franchis les miroirs.  On dirait que j'irais très loin, que je ferais des découvertes étonnantes. Derriere des façades de chantiers,  je vois la mer, la mer grise et poignante du film "Manchester by the sea", ces maisons bordant des eaux tranquilles en apparence seulement, rappellant celles de la Bretagne, telles des mers jumelles pourtant eloignées l'une de l'autre.....
Manchester sur mer, Villers by the sea (oui Normandie).....que de voyages d'ailleurs dans ces mots

....Et puis le lapin horloger, suppôt du patronat me ramène à la réalité, me fait redescendre sur terre. Pourtant, j'étais prête à  changer de vie, à dévier de mon chemin tout tracé. Je reviens sur mes pas, le regard hagard d'un zombie, "naananan, Thrilleeer....". Je m'en retourne, robotique, avec des envies de destruction et  de fuites,  (un moment). ...La  douleur et la  survie,  ce film la traite si bien. Il est beau, d'une infinie  tristesse, il aborde de grands deuils qui résonnent en chacun . Tellement juste,  intelligent, sans happy end,  comme dans la vie mais il la transcende par ce beau regard sur ces êtres dignes qui tentent de se réparer ou non. C'est éprouvant mais ça poursuit longtemps, ca continue de vivre en soi comme une belle oeuvre poignante.

Les beaux tableaux rouges de Cy Twombly vous redonnent de la joie....

Posté par Bilichou à 17:40 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,


06 janvier 2017

SMS

coiffure5

 

 

coiffure1

suis dans le bus, je vais chez le coiffeur

 

coiffure2

IMG_20170104_140142

  .

coiffure4

IMG_20170104_142110

 

coiffure3

IMG_20170104_142349

 

Sans titre

 

 

IMG_20161225_175612

 

 

Posté par Bilichou à 19:45 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , ,

28 décembre 2016

Ah, merde alors !

Mes deux icônes absolues, Claude Gensac et Carrie Fisher viennent de mourir ! Si elles ne sont plus de ce monde, l'immortalité n'existe plus ? J'avais déjà eu des doutes à la mort d'Alain Resnais, homme de génie inoxydable, mes illusions en avaient déjà pris un sacré coup !  J'allais donc trépasser  aussi !

Comment croire en l'immortalité en 2016 après tous ces disparus, cela dit ? Snif,  les artistes peuvent donner tant de bonheur aux gens dans cette vie de labeur. Leurs oeuvres restent mais pas eux , j'en suis inconsolable !

 

Carrie Fisher, dans le rôle de la princesse Leia (La guerre des étoiles)

Claude Gensac femme de cinéma de Louis de Funès

Posté par Bilichou à 10:14 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , ,

16 décembre 2016

Rue des Vignoles # 2

La rue des Vignoles ne vous laissera pas tomber, si vous avez une envie subite de vous couper les cheveux.  C'est fou le nombre de salons de coiffures plus ou moins insolites que l'on peut y trouver....J'en ai testé aucun. Je suis une princesseuuu, j'ai les cheveux les plus longs de la terre, libérée, délivrééééée !!!

 

Salon de coiffure, rue des Vignoles

vitrine de salon de coiffure, rue des vignoles

salon rock'n'roll...

Salon de coiffure, rue des Vignoles

Salon de coiffure, rue des Vignoles (de nuit)

Euh....?

Salon de coiffure, rue des Vignoles

 

Après, vous passez par ici pour un petit apéro, bon, faut pas être pressé  si vous commandez une mojito.  Ca doit sûrement être une fabrication artisanale minutieuse. Mais on se détend, on peut attendre. On est entre amis,  serres les uns contre les autres dans ce petit troquet sans chichi comme un jambon beurre...

Bar, de l

On peut enchaîner avec toutes sortes d'ambiances et diverses  nourritures terrestre.  Rue des vignoles, on a le choix :

La terrase mythique et ultra fréquentée du restautant, "Les Mondes Bohèmes"

IMG_20161124_085944

IMG_20161124_183321

Le café Ighouraf : où blanquette  et couscous se côtoient

IMG_20161124_183508

Du burger en veux-tu, en voilà :

IMG_20161130_075130

vous délecter  d'une assiette végétarienne bio à La Petite fabrique. Moi j'aime bien, et puis ils sont sympas les gens dedans :

La petite fabrique, rue des vignoles

Un restaurant polonais....Je crois n'avoir jamais mis les pieds dans un resto polonais :

Paris-Polska, restaurant franco-polonais rue des vignoles

Si vous voulez décrypter le menu :

Menu du restaurant Paris-Polska, restaurant franco-polonais

Et au bout du bout que j'aime, le charme de l'ancien , une brasserie parigote.... :

Les enfants de la brasserie, restaurant, rue des vignoles

Les Enfants de la Balle...

oui bon des petits restos assez différents dans cette rue, pas de quoi en faire un fromage mais j'aime bien ce coin -là 

Si vous avez manqué le début 

 

Et puis un calendrier de l'avent sous la forme d'un album photos. Il se trouve  parmi les albums situés dans le bandeau de droite du blog. Il faut cliquer sur son nom  :  "Ah, l'avent le calendrier"
vous pouvez aussi retrouver ce calendrier avec des variantes sur Flickr !!!

Posté par Bilichou à 12:00 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , ,

12 décembre 2016

Rue des Vignoles # 1

La rue des vignoles blottie bien au chaud dans le 20e arrondissement de la capitale, légèrement insolite, discordante, aux allures de rue de village mais très urbaine en même temps. Le coeur de panam' à l'ancienne et hétérocilite  bat aussi dans cette rue, paisible et vivante à la fois. Parler d'un bout de cette rue, pas toute la rue entière...évoquer le bout qui me plaît, le boût qui bouge, qui roupille, qui s'anime, qui se recroqueville, ce bout avec une partie de ma vie et de mes souvenirs. Poutant, moi qui vis à Boulogne-sur-mer, c'est pas simple tous ces allers-retours entre des horizons lointains et un petit hâvre de quiétude.

Par quel bout prendre cette rue intemporelle, comment l'aborder, cette rue secrète, muette, bavarde, expansive....Envie de prendre les choses de ci de-là, d'improviser une évocation, de la raconter mine de rien et sans en avoir l'air, le visage balaillé par le vent marin de Boulogne-sur-mer !

 

IMG_20161124_085930

 

Je prends la rue par ce bout-là....

rue des vignoles

affiches collées sur un mur de la rue des Vignoles

Des Paroles errantes, Des rêves peuvent-ils devenir réalité ?

IMG_20161201_085306

Une architecture hétéroclite....D'ailleurs, dans cette rue se trouve un cabinet d'architecte

IMG_20161206_080219

 

De petits immeubles...(des tags post-industriels..)

Immeuble, rue des Vignoles

Un bâtiment industriel de style ancien,

bâtiment de style industriel, rue des Vignoles

Une des deux extrémitées de la rue des Vignoles

Immeubles, rue des Vignoles

Des allées de jour comme de nuit qui prennent la tangeante...

Petite allée partant de la rue des vignoles (de nuit)                          

Petite allée partant de la rue des vignoles

Petite allée partant de la rue des vignoles (de nuit)

                                                            Petite allée partant de la rue des vignoles

 

Et puis une impasse vers un endroit interlope rouge et noir

Impasse de la CNT (Confédération nationale du travail)

Boîte au lettres de la CNT (Confédération nationale du travail) Ce n'est qu'un début...

Affiche de la CNT, rue des vignoles

 Le restaurant le 20 Art au loin, indistinct, termnine ce morceau de rue qui me ravit !

Devanture du restaurant 20 Art (rue des Vignoles)

 ....Continuons le combat....

 

 

Posté par Bilichou à 17:00 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : ,

07 décembre 2016

Appelez-moi Ombeline...(8ème épisode)

jardin en friche, mur avec graffitis

Ebauche de pièce de théâtre à épisodes :

Episode 8 : (Nathalie est seule en scène, face au public)

NATHALIE :  En fait, l’apocalypse, c’est pas que moi !  Tout le monde a mis la main à la pâte !  Vous vous souvenez, la dernière fois, ça avait dégénéré en engueulade générale ? Hé ben, collègue n°1 et collègue n°2 en sont venues aux mains !

Apparaît collègue n°1, qui se place à côté de Nathalie, face au public

Collègue n°1   : On s’est foutus sur la gueule, oui  ! J’ai couru après collègue n°2 qui m’avait énervée en me traitant de bonne à rien.  Je lui ai couru après ! Putain, elle court vite, j’ai eu du mal à la rattraper.  Je te  l’ai empoignée d’une main et de l'autre, je lui ai mis un sacré pain ! Fallait voir ça, elle était toute sonnée, l’inspecteur des travaux finis .

Nathalie : Et vous vous êtes mises  à hurler  toutes les deux ! Mon dieu quels organes !

Collègue n° 2 : (les rejoint sur scène, comme elle est très en colère, on comprend tout ce qu’elle dit)
Un  peu mon neveu !  Elle m’a décochée une de ces droites. J’ai failli en perdre une dent. Alors oui, j’ai crié de douleur tout ce que j’ai pu ! De rage, je l’ai empoignée par les cheveux et  elle s’est mis aussi à hurler. On est tombées toutes les deux par terre. On faisait des roulades, à n’en plus finir. On se frappait, on se tirait les cheveux.  Et puis…

Nathalie : Et puis la chef a pété un plomb et elle s’est jointe à la bagarre. Elle leur a mordu les mollets !

La chef : (elle surgit des coulisses et les rejoint). Oui toute cette violence, ça m’a galvanisée !  J’ai eu envie de me jeter dans la mêlée. Je sais pas ce qui m’a pris. Tout le monde était cul par-dessus par tête,  j’ai vu des mollets blancs  qui dépassaient  et j’ai mordu dedans de toutes mes forces.  C’était bien grassouillet, comme j’aime ! Ca m’a fait un bien fou de me lâcher. Je mes suis déchaînée comme une petite folle !

Collègue n°1 et collègue n° 2 : Elle nous a fait un mal de chien cette conne ! On s’est mises à brailler comme des bêtes !

Nathalie : Du coup, leurs cris ont  attiré les autres  collègues de l’agence ! Je sais pas comment, tout le monde s’est mis à se  battre !

 Collègue n°1 : C’est normal, Gérard de la compta qui en fout pas une, a lancé, « Venez voir !  Pour une fois qu’il se passe quelque chose au service du  1er étage ». Ca m’a énervée, alors je me suis jetée sur lui.  Je lui ai arraché sa pauvre moumoute jaune qui  lui sert de chevelure. On a commencé à se fiche de sacrés mandales. Et puis,  y  a Jacqueline du service contentieux qui a  voulu nous séparer et comme elle s’est pris un mauvais coup, elle a pas aimé.  Alors furieuse,  elle s’est jointe à la bagarre.

 Collègue n° 2 :  Ensuite, il y a eu la Dircom et  la DRH qui  ont débarqué et ça a dégénéré en pugilat général.  Toutes les rancoeurs , les reproches, les non-dits ont rejailli, ont explosé au grand jour  ! Tout le monde a pu s’expliquer tout en s’envoyant des coups des poings, c'était génial  ! "  Et vas-y, toi, j'ai jamais pu t'encadrer avec ta mine de ravie de la crèche, et toi  t'as toujours été qu'un gros hypocrite  ! Ben et toi tu fais passer tes vancances au Brésil sur tes notes de frais ! ".  Ah, ça fait du bien une  bonne mise au point comme ça !

 La chef : J’aime tous ces corps en sueur entrelacés qui se frottent les uns aux autres ! Ces cris, ces insultes, ces invectives ! J’avais l’impression de vivre enfin ! que de sensations fortes !

 Nathalie : Ca des  sensations fortes, y en a eu ! Grâce à la confusion générale, j’ai pu mettre à exécution mon rêve de destruction de l’agence. J’aurais pu utiliser du fulminate de mercure pour tout faire péter mais j’avais  d’autres plans plus ambitieux et plus définitifs. J’en ai profité pour choper le chef informaticien. Celui-là, il m’énervait à toujours me prendre pour une abrutie, à me répondre comme à une débile.  Je suis désolée, je m’y connais en nouvelles technologies.  
La preuve, j’avais en tête une sacrée bonne idée. Et puis, j’avais une bonne revanche  à prendre sur les informaticiens qui vous plantent au beau milieu d'un rendez-vous galant.  Je me suis pas gênée, je lui ai mis mon coupe- papier  sous la gorge,  juste au niveau de la jugulaire.  Je lui ai dit, « Si tu résistes, je te saigne » . Je l’ai forcé  à aller dans la salle des serveurs.  Je lui ai demandé de couper les fils de toutes les machines : les verts, les jaunes, les rouges, les bleus ! Je voulais détruire toutes les données informatiques et toutes les traces de l’agence ! J’allais anéantir cette pauvre petite entreprise à tout jamais. Je me sentais la plus forte, une femme bio-ionique qui déplaçait des montagnes au ralenti, en faisant un bruit métallique.

Lorsque l’informaticien, avec mon coupe-papier sur l’estomac,  a eu coupé tous les fils, il s'est produit une énorme explosion, une déflagration assourdissante , la terre s’est mise à trembler, des pluies de cendres se sont abattues sur nous, tous les murs se sont effondrés  !!

Ma fin était proche et celle de tous les autres aussi, c’est sûr ! J’avais déclenché l’apocalypse, en ordonnant de  couper  tous les fils !

Cette agence avait  en fait un rôle plus crucial que ce que je croyais.  J'avais en fait, demandé à l’informaticien de détruire le grand Big Data de toute la planète. Cette agence était une espèce d’instance dirigeante et supérieure qui gouvernait la terre. Je l'ai su plus tard! Ben, j'étais pas au courant. On me disait rien aussi dans cette boîte ! c’est en se trompant qu’on apprend !

 Oui j’avais provoqué la fin du monde ! THE END OF THE WORLD ! Ca fait plus ambiance Mad Max dit en anglais !

 Sinon, Le big chef, pendant la bagarre générale avait voulu s’enfuir aux îles Caïmans récupérer son pognon pour s’acheter une île déserte mais il n’en a pas eu le temps.  Le  plafond de son bureau lui est tombé sur la tête tandis qu’il terminait une choucroute ! C’était sa dernière sa choucroute ! ET le rideau noir  sur sa pauvre tronche,  est tombé !

 A SUIVRE….

Si si, je n’ai pas dit mon dernier mot !

Et ce sera futuriste…

Voir tous les épisodes

A  PARTE  :
Et puis un calendrier de l'avent sous la forme d'un album photos. Il se trouve  parmi les albums situés dans
le bandeau de droite du blog. Il faut cliquer sur son nom  :  "Ah, l'avent le calendrier"
vous pouvez aussi retrouver ce calendrier avec des variantes sur Flickr !!!

01 décembre 2016

Ah, l'avent le calendrier !!

Calendrier de l'avent-teasing

 L'année dernière,  (ça reste entre nous),  j'avais réalisé un calendrier de l'avent dont le principe était la publication  journalière d'un billet jusqu'au 24 décembre. Il fallait cliquer sur une image et hop, apparaissait une photo ou une vidéo ! D'heureux gagnants avaient même reçu des chocolats.

Cette fois-ci, il s'agit d'un calendrier de l'avent tout autre.

Un calendrier du troisième type :
radical !
foutraque !
décalé !
gratiné !
barré !
barriolé !
(J'aime employer des termes tranchés et péremptoires, pauvre de moi !

Pas de magie de noël,
pas de chocolat dissimulé derrière un bonhomme   de neige
pas de de père Noël rouge et blanc  !
D'autres blogueurs(ses) s'en chargent mieux que moi  et avec grand talent !

Mais alors, où est-il ? Que fait-il ? Où se cache t-il ?  "Il met ses chaussuuuures, ahaha !"  Euh non c'est pas ça, il se planque pas dans les bois. Il se présente cette fois-ci sous la forme d'un album photos. Il se trouve donc parmi les albums situés dans le bandeau de droite du blog. Il faut cliquer sur son nom  :  "Ah, l'avent le calendrier"

Chaque jour, une photo alimente cet album.

Il faut donc penser à aller y faire un petit tour  de soi-même : OOOOuuuuh, y est-tu ????

Y a des vaches qui courent après un train, de curieux personnages, des ambiances et  des endroits  bizarres, voire interlopes !

Ce calendrier débute néanmoins avec une personne avenante et sympathique : TATA JACQUELINE

on applaudit bien fort !

J'oubliais, vous pouvez aussi retrouver ce calendrier sur Flickr !!!

 

19 novembre 2016

Hervé di Rosa, les arts modestes et moi : plus jamais seul(s) !

Un dimanche pluvieux, j'ai poussé la porte de  la MAISON ROUGE. et je n'ai pas été déçue du voyage.  J'ai  vu une exposition réjouissante, ludique, drôle comme je les aime une explosion de couleurs consacrée à l'oeuvre plastique d'Hervé Di Rosa et bien d'autres choses. J'ai bien fait de venir. J'étais comme une petite folle, je déambulais d'espace en espace, de découvertes en  découvertes plus que surpenantes, dans ce lieu assez vaste sans en avoir l'air,  la scénographie y était emballante et originale.

Hervé Di Rosa est un chouette gars qui m'a embellie ma journée. La joie de vivre se dégage de ses oeuvres. Je ne connaissais pas du tout ce plasticien aux multiples talents. Comme il est dit dans la brochure,  acteur majeur de la figuration libre dans les années 80, l'artiste a abordé tous  les beaux-arts: peinture, arts graphiques, bande dessinée, sculpture.

C'est aussi un collectionneur d'objets incroyables qui sont aussi présentés. Il s'est engagé également dans la promotion de l'art modeste,  un art populaire dans lequel il se reconnaît pleinement . Il y a consacré un musée, le MIAM  (ça ne s'invente pas! ), le musée international des arts modestes à Sète. C'est donc une oeuvre protéiforme que l'on retrouve dans cette expo : peinture, sculpture, bandes dessinées, objets de ses collections.

Je ne vais pas vous faire une visite guidée en bonne et due forme, c'est un ordre tout personnel.... , un aperçu du monde foutraque di l'aaartiste...

Une petite idée générale tout de même issue du catalogue de l'expo  :

Hervé Di Rosa et les arts modestes : catalogue de l'exposition

 

Bon alors, il était une foooois....Un joyeux bazar...

Hervé Di Rosa et les arts modestes : catalogue de l'exposition

 

Ca commence par  la vaisselle à  sa mère... :

photo du catalogue de l'exposition Hervé di Rosa

 

Ben moi aussi alors, je vous montre la cuisine à ma mère :

cuisine

On a le droit de prendre des photos des oeuvres, j'ai  demandé à un gardien du musée. Pour la cuisine à ma mère, je lui ai pas demandé.

Et puis, Un lieu surprenant et sombre , une sorte de couloir tapissé de fresques poigantes du sol au plafond qui contraste avec le reste de ces oeuvres colorées et vives.  La scénograhie joue un rôle important dans cette exposition, elle nous englobe entièrement.

La vie des pauvres

Hervé Di Rosa et les arts modestes : catalogue de l'exposition

 

la vie des pauvres (sol): fresque d'Hervé di Rosa

la vie des pauvres (mur) : fresque d'Hervé di Rosa

la vie des pauvres : fresque (Hervé di Rosq)

La vie des pauvres : fresque murale de Hervé di Rosa

 Suivez le guide ! 

un peu de géographie, on se concentre  ! pour se repérer parmi les fameux arts modestes :

Carte des Arts modestes : Hervé di Rosa (Exposition Maison Rouge)

Des joyeusetés (oeuvres d'art, objets de collection du quotidien..) en pagaille issues principalement de son MIAM qui célèbre l'art populaire, une vision de l'art contemporain souriante et accesible :

(J'y ai ajouté une pointe de touche personnelle)

Hervé Di Rosa et les arts modestes : salle d'exposition (Maison Rouge)

J'ai même croisé tata Jacqueline :
on dit bonjour à Tata Jaqueline !

sculpture de femme assise (Exposition Hervé Di Rosa et les Arts modestes)

Hervé Di Rosa aime bien collectionner les petites voitures mais n'aime pas monter dedans :

voitures miniatures (collection Hervé di Rosa)

J'aime bien Les Deux nigauds, deux grands voyageurs inventés par l'artiste (personnages inspirés de la bande dessinée)

Deux nigauds dans une voiture (sculpture) - Hervé Di Rosa

Pas mal d'objets colorés plaisants pour nos âmes de grands dadais :

 

Figurines, Goldorak (Hervé Di Rosa)

Figurine de super-héros (catalogue d'exposition, Hervé di Rosa et les Arts modestes)

jouets, figurines (exposition Hervé di Rosa, Maison Rouge))

J'adore...

Ses peintures sont ouuah aussi :
C'est l'apocalypse !

Dirosapocalypse (peinture Hervé di Rosa, expo Maison Rouge)

Dirosapocalypse, 1984

Glouglou, on plonge dans les tréfonds :

Hervé Di Rosa et les arts modestes : catalogue de l'exposition

 Des poissons et toutes sortes de créatures aquatiques en peinture ou en vrai !

 

On met aussi les pieds dans sa bibliothèque :

Sculpture de pied poilu (Hervé Di Rosa et les arts modestes : exposition)

Hervé Di Rosa aime les pieds poilus et le papier, son support de prédilection. C'est le matos le plus accessible pour dessiner, c'est aussi celui des bandes dessinées, des livres, des magazines dont il fait la collection et dont il est grand lecteur. Rien que pour ça, cet homme ne peut pas être tout à fait mauvais !

bibliothèque d'Hervé Di Rosa (papier peint : exposition Maison Rouge)

 (papier peint de sa bibliothèque)

Dans le catalogue de l'expo,  on découvre tellement d'autres choses incroyables qui donnent envie de se précipiter au MIAM (miam miam ! ). Trente ans que le garçon officie dans le domaine des beaux-arts tout de même.

Hervé Di Rosa et les arts modestes : catalogue de l'exposition et tasse de thé

 Cette oeuvre foisonnante, faut la voir pour y croire !!

 (Catalogue : Plus jamais seul, Hervé Rosa et les arts modestes, ed. Fage-La Maison rouge 2016)

D'autres. photos de l'exposition alimenteront en partie mon calendrier de l'avent gratiné et virtuel (peut-être aussi éphèmère dans l'album du blog mais restera  dans mon album Flickr)
Ces albums uniquement pour le plaisir des yeux :-)  rien de plus.