Les Bavardages de Myrtille Taff

24 juin 2017

Los Angeles et Belles gambettes

IMG_20161106_103156

Rassurez-vos, même s'ils font leurs vedettes légèrement bégueules, Hippo et Paulette ne seront jamais adeptes des teints oranges et des moumoutes jaunes !

 Hippo et Paulette à Los Angeles ?

Hippo Paulette spectacle L.A

Hippo Paulette lecon US

 Hippo et Paulette : série web

 


17 juin 2017

Broadford (Ile de Skye, Ecosse)

Broadford "....dont le seul mérite est de posséder un office de tourisme, une station-service,  un grand supermarché et une laverie" lance sûr de lui et péremptoire, le  guide du routard à propos de cette petite bourgade. Hé, bien je dirais que ce seul mérite  se révèle être un atout. On peut y trouver des commerces de proximité mais aussi quelques hôtels. Touristes et population locale s'y  mêlent et déambulent dans ce petit bourg attachant.  Il y a  de la vie. Je lui trouve un charme fou et intemporel, surtout en fin de journée. Pourtant, ce coin, oui n'est pas d'une étonnante beauté sauvage comme la côte ouest de l'Ile de Skye. Cependant, nous sommes tout de même sur l'île de Skye, la mer borde de ces eaux tranquilles la route principale traversant Broadford lové dans une petite baie. L'atmosphère y est apaisante et sereine.  Le soir, on peut longer la plage et aller jusqu'à un petit port. L'enchantement tient à peu de choses parfois, une ambiance singulière vous prend par la main et vous emmène imperceptiblement aillleurs

 

Bord de mer, Broaford, Ile de Skye

Port, Broadford (Ile de Skye), Ecosse

 

 

Posté par Bilichou à 11:45 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,

05 juin 2017

Loch Ness

Les Bords du Loch Ness (Ecosse)

- Viens, on va voir Foyers Fall, c'est une jolie chute d'eau, un sentier mène ensuite  aux bords du Loch Ness.

- Pfff, regarde, il y a plein de voitures garées au parking de Foyers. T'imagines le nombre de touristos* qui vont dévaler les pentes pour voir  un peu de flotte couler et essayer d'apercevoir le monstre du Loch Ness.
*(moi, je suis pas une touriste, je suis une exploratrice, une pionnière et puis, à ce moment là, j"étais un poil ronchonchon...).

On descend voir la chute d'eau, il y a du monde oui, qui prend de nombreuses photos. On continue ensuite de descendre le sentier pour rejoindre les bords du Loch Ness. Le monde disparait soudainement. On se retrouve seuls sur les rivages du Loch Ness, il fait un  temps merveilleux,  l'eau du loch scintille sous les rayons du soleil, le ciel est d'un bleu profond et parfait. Je vois devant moi, un paysage superbe et enchanteur, des montagnes environnantes entourant le lac, et puis, un tel calme, simplement. le bruit de l'eau et du vent. J'ai l'impression d'être dans le pays d'un sud idéal alors que nous sommes en plein coeur de l'Ecosse.

C'est un des plus beaux endroits que j'ai vu, sûrement cette quiétude que procure un paysage de lac et ce temps superbe. C'est aussi une question d'instant qui n'appartient qu' à nous. La surprise de découvrir un tel endroit dont le beauté nous  tombe dessus sans crier gare.

Bords du Loch Ness

 

Posté par Bilichou à 12:30 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,

01 juin 2017

Nessie or not Nessie ?

canot de sauvetage (Bords du Loch Ness, Ecosse)

Hippo et Paulette* ont vadrouillé en Ecosse. Ils voulaient surtout aller au Loch Ness et  photographier le monstre "Nessie". Ils souhaitaient faire  le buzz sur la blogosphère et attirer ainsi un grand nombre de visiteurs sur le blog de Myrtille Taff complètement tombé dans l'oubli, il paraît......Il est pas loin de sombrer dans les profondeurs abyssales du Loch Ness (jusqu'à 230 mètres de profondeur). Il faudrait plutôt rebaptiser le blog, "Arrête de pleurer, Myrtille Taff",  tu vas te noyer mais bon....

Cependant, rien ne s'est vraiment passé comme prévu  pour Hippo et Paulette...hélas...

Bords du Loch Ness

*Je sais à mon grand  âge, c'est complètement ridicule but never mind....

Posté par Bilichou à 13:06 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : ,

29 mai 2017

Aberfoyle (Ecosse)

Pub écossais

Hi,  there ! A Aberfoyle, le temps s'est arrêté. Demeures grises aux intérieurs soignés, pubs, fish and chips  bordent la rue principale de la ville. Dans ce pub déserté, il y fait sombre bien qu'il ne soit que  7 heures du soir. Pourtant, Il ne semble faire jamais vraiment nuit en plein de mois de mai en Ecosse. Dans ce pub au calme apparent, il pourrait s'y produire tout et n'importe quoi  comme dans les lieux insolites de la série "Twin Peaks"....

Pas si calme en réalité. La télé fonctionne à plein tubes, branchée sur la  chaîne "Vintage TV,"  hé non, ce n'est même pas une blague,  dans le but d'attirer le rare internaute qui passerait par là. Au programme de cette chaîne, des tubes (justement)  anglais des années 80.

Et puis cette chanson de 1983, "Only you" des Flying pickets - (Piquets de grève -  eh si ! ). Je suis assez vieille, guys,  pour avoir entendu ce tube à sa sortie. Ah, le romantisme anglais des années 80....

Je reviendrai à Aberfoyle, les ladies des B and B ont des cheveux mauves en brosse et sont charmantes.

 

 

Posté par Bilichou à 16:15 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , ,

13 mai 2017

Partir, c'est revivre un peu...

barque sur l'eau

  J'ai encore regardé une bêtise sucrée en mangeant un rocher au chocolat, à mon grand âge.Tout ça n'est pas bon pour ce que j'ai.

J'aurais mieux fait de regarder, "Camille Claudel, 1915" de Bruno Dumont, avec Juliette Binoche, film sur une femme hors normes et qui questionne la normalité J'aimerais bien le voir mais j'avoue, j'avais un peu peur d'être plombée avant le grand départ.

Grand, j'exagère un peu mais départ tout de même. Je m'en vais  prendre l'air, couenne et cheveux à tous les vents. 

Je vais sillonner les routes et découvrir les grands espaces d'une  contrée de légendes. Je m'en vais voir à quoi ressemblent  ses paysages tourmentés, ses lacs, ses montagnes, ses côtes et ses mers agitées (vents forcissant de 4 à 5 sur fischer, doguer et german...). Tout ça c'est très bon pour ma confusion mentale. Aux grands maux, les grands remèdes. Un peu de rugosité  et ça repart.

Dans de nombreux billets,  je voulais fuir et m'enfuir. Cette fois, c'est vrai,  je vais m'évader,  je vais prendre la tangeante,  je me tire ailleurs,  je me casse,  je prends la poudre d'escampette. Je vais m'envoler puis  atterrir, marcher, explorer, admirer, tout oublier, renaître, disparaître,  vivre ma vie...

.....

 D'ailleurs, j'ai eu envie d'ecrire ce billet grâce à deux derniers articles du  chouette blog  : Sourire sous la pluie

Posté par Bilichou à 17:25 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , ,

01 mai 2017

Appelez-moi Ombeline....(chapitre final)

 

Ardeche 2015 288 - Copie

 

 Ebauche de pièce de théâtre à épisodes :

Grande pièce blanche :

1 TABLE, 1 CHAISE : Nathalie entre par la porte du fond, regarde l’immense salle immaculée.

 VOIX DE LA PSY : Asseyez-vous Nathalie, l’entretien se fait à distance et informatiquement , vous serez seule dans la pièce. Ne paniquez pas, ne suffoquez pas  comme toujours, n’essayez pas  d’appeler votre mère, ni vos grands-parents….Ranimez l’adulte qui dort  en  vous et qui ne demande qu’à s’exprimer !

 NATHALIE : EUH BEN OUI ….

 VOIX DE PIPO ET MARIO :  Ca fait peur hein  cette grande pièce vide, t’as les choquottes, ….T’aimerais bien t’enfuir loin ou te désintégrer sur place ?

 NATHALIE : Vous êtes pas morts dans l’explosion vous ?

 VOIX DE PIPO ET MARIO : Ah bah non, non, non ce serait trop simple, on est tes mauvaises pensées, tes doutes , tes inquiétudes, tu as survécu, donc nous aussi !

 VOIX de l’informaticien : (parle d’une voix robotique) Bonjour Nathalie, comment allez-vous ?

NATHALIE : (reconnaît l’informaticien dont le rendez-vous s’était mal passé) : Ah c’est toi  espèce d’enflure, t’as pris du galon mon salaud !

 VOIX de l’informaticien (ignorant les injures de Nathalie) : La recherche d’erreurs 404 mène à tout ! Je suis à l’origine de ce programme post-apocalyptique.  Je suis chargé de la reconversion des survivants de l’explosion planétaire ! Vous avez une petite idée de l’origine de la déflagration  ?

 NATHALIE : C’est moi, c’est  ça ? Mais je voulais pas provoquer la fin du monde, juste fermer l’agence définitivement.

 VOIX de l’informaticien : Mais non ma pauvre petite Nathalie, c’est pas vous !

 NATHALIE  : Encore ce ton méprisant ? Ca suffit l’informaticien. Je m’en vais si ça continue comme ça.

 VOIX de l’informaticien :  En coupant les fils des serveurs, vous avez simplement mis HS  le système informatique de l'agence. C’est le BIGCHEF qui a appuyé sur le mauvais bouton alors qu’il était en train de manger une choucroute. Il pensait se propulser avec son siège éjectable vers son jet privé. En réalité, il a appuyé sur le bouton qui a anéanti toute  la planète. L’agence avait  sur cette terre  un rôle un peu plus stratégique  que ce qu’elle voulait laisser bien entendre.

 NATHALIE :  : Comme quoi, faut vraiment  pas laisser le pouvoir à n’importe qui.

VOIX  de l’informaticien : Vous êtes une dure à cuire Nathalie, vous avez survécu à une bombe thermonucléaire, tels vos lierres,  les seuls plantes que vous pouviez faire pousser chez vous. Vous faites partie des rescapés de cette terre.  Ce n’est pas rien.

 NATHALIE : Vivre oui ce n’est pas rien. Survivre à toute la mesquinerie ambiante de cette agence engluée dans ses habitudes immémoriales, ce n’est pas rien non plus. Bon que me vaut cet entretien ? C’est un entretien d’embauche ? Vous savez,  je ne parlerai pas de mon expérience professionnelle, je ne sais pas du tout où je serai dans  cinq ans. J’ai plus de points faibles que de points forts, c’est ce qui fait ma force. Je  n’ai plus rien à perdre vous savez. Je suis une âme errante, une éternelle exilée,  sans territoire au milieu de ce monde dévasté dont les frontières ont disparu.

VOIX de l’informaticien :  Comme je vous le disais, je fais partie d’une équipe de scientifiques chargés d’aider les vivants. Vous savez où vous êtes ?

 NATHALIE : J’avoue que je ne pose plus  ce genre de  question. Je me suis réveillée sur une civière blanche, un gentille dame blonde sans racines est venue me chercher et m’a amenée dans cette pièce

 VOIX de l’informaticien : Vous avez dormi quelque temps, vous aviez besoin d’un repos de plusieurs mois. Vous êtes dans une station spatiale chargée de recueillir les vivants et de leur proposer le  lieu de vie,  de leur choix, je précise bien. De longues études  internationales ont démontré que cela ne servait à rien d’imposer un mode de vie aux gens !  Voilà où nous en sommes.
Plusieurs options s’offrent à vous. Vous pouvez rester dans cette station spatiale parmi nous afin de nous aider à mener toutes sortes d’expériences scientifiques. Vous pouvez choisir de vivre sur Mars (étonnement de Nathalie). Oui, les recherches concernant la vie sur mars étaient beaucoup plus avancées que ce que nous avions transmis aux médias….

 NATHALIE : vous n’êtes pas qu’informaticien ?

VOIX DE L’informaticien : si, j’ai plusieurs casquettes à mon arc. Je suis aussi astrophysicien, spationaute, etc….En revanche, je suis moins fortiche pour les rendez-vous galants enfin bref…Donc il est possible de  vivre sur mars, d’y habiter, d’y manger….

Nathalie : et les autres possibilités ?

 VOIX de l’informaticien : Rester sur terre ! Franchement, je vous verrai bien vivre sur terre. Nous  avons décontaminé toute l’atmosphère des rayons radioactifs. Vous avez des convictions  sincères Nathalie, vous êtes forte. Vous pourriez tout recommencer. Refaire le monde  avec quelques autres, sans chef qui se gave de choucroute. Vous pourriez explorer votre planète, en faire tout le tour  sans vous arrêter, être une éternelle nomade. Sans compter  les kilos qui s’installent, une vie sédentaire n’a visiblement rien donné de bon pour l’entente entre les peuples.

 NATHALIE (toute émue) : comme vous me comprenez bien monsieur l’informaticien ! Oui, vous avez lu dans mes pensées ?

 VOIX de l’informaticien : (confus). Un peu oui, pendant que vous dormiez mais je n' ai plus accès à vos pensées à présent afin de vous laisser tout votre libre arbitre.

 NATAHALIE : Et mes collègues que sont-elles devenues, elles sont mortes ?J’avoue que refaire le monde avec elles, ça me saoulerait grave !

 VOIX de l’informaticien : (riant d’un rire métallique). Non ne vous inquiétez pas. Elles sont vivantes mais elles ont fait d’autres choix. Hélas, collègue n°2 , l’adjointe de votre ancienne chef a tenu à rester parmi nous à la station spatiale. Elle nous gonfle  un peu. Elle s’est portée volontaire pour nous aider dans nos expériences scientifiques mais on comprend rien à tout  ce qu’elle dit.  (gros soupir métallique) Le mieux est que j’allume les trois écrans afin qu’elles vous donnent directement de leurs nouvelles

 En fond de scène, trois écrans vidéos  peuvent être suspendus ou bien les trois autres personnages peuvent venir sur scène tenant un cadre devant elles –pour faire office d’écran

Apparaît ancienne collègue n°2

 COLLEGUE n° 2 : Rooo  oui ro bien, eu ai plein d’expériences avec l’équipe scientifique de la tacion paciale ! eu leur ontre plein de schémas ans ous les sens ! Ils peuvent plus se passer de moi. BOn i  eule nt  pas rop  que je les prenne comme cobaye mais patience, zeu  vai  evenir leur chef suprême….entôt ! ahahaha

 NATHALIE   : Ah Bon ?? C’est un peu inquiétant ça ?

 VOIX DE L’informaticien : On lui laisse croire qu’elle va prendre les commandes de la station spatiale pour avoir la paix mais son pouvoir de nuisance est assez faible !

 Surgit ancienne collègue n°1

 COLLEGUE N°1 : Hou hou NATHALIE !!!! C’est trop génial moi je vis sur mars depuis quelque temps, tu te rends compte ??  Il y fait beau, je me promène à poil à toute la journée, je dors à poil, je mange à poil, je me baigne à poil. Y a de l’eau partout, en réalité sur Mars, on nous avait caché ça ! T’ain comment je m’éclate !! Je me suis jamais autant marrée ! Mon talent est enfin reconnu ! Je cultive des sextoys comestibles ! Tout Mars me les réclame ! Ma vie sexuelle n’a jamais été autant épanouie ! J’ai un succès fou avec les martiens, c’est trop top ! Comme ils ont plusieurs organes, je m’en donne à cœur joie, du plaisir permanent quoi ! Bon j’y retourne, je vais surveiller mes patates orgasmiques !

Apparaît ancienne chef

 LA CHEF :   Moi aussi je suis sur Mars. Il y fait bon. Je chôme pas mais j’adore. Certains diront que ça me change de m’activer et de servir à quelque chose. Dans tous les cas, je peux enfin  me livrer à ma passion. Je répare tous les véhicules de Mars. Je suis devenue mécanicienne. J’adore, je discute joints de culasse et tuyauteries avec tous les beaux martiens. J’aime bien me salir  je crois ! Et puis bien sûr,  je me fournis  aussi en sextoys comestibles auprès de collègue n°2. Ah la lala, omment j’ai pu vivre tout ce temps sans me frotter à la mécanique et aux martiens ! Je me le demande !

 TOUTES LES TROIS  : Belle nouvelle vie  Nathalie !

NATHALIE : Appelez moi Ombeline maintenant !

 NOIR

 VOIX DE PIPO  : Nous on sert plus à rien, alors ?

VOIX DE MARIO : Ben non, je crois qu’elle est….heureuse…Notre pouvoir de nuisance est quasiment nul, voire totalement nul !

VOIX DE PIPO ET MARIO :  NAAannnnnn, c'est trop nul !!!!

VOIX DE LA PSY : Mais  enfin….

VOIX DE PIPI ET MARIO : ah Ta gueule toi !!!

 FIN HEUREUSE ??

VOIR TOUS LES EPISODES

David Bowie – Space Oddity [OFFICIAL VIDEO]

14 avril 2017

Trouver son clown

IMG_20160915_200756 - Copie

J'arrive plus à trouver mon clown ! Pourtant, j'aime bien faire la mariole ! M'agiter dans tous les sens et  dire n'importe quoi !!!

Trouver son clown,  vous savez, c'est trouver en soi sa force comique libératrice, s'affranchir des règles de bienséance imposées  par la société, "Diens Toi droit et dis bonjour à la dame qui pique ! ".  C'est puiser dans ses ressources burlesques et fantasques. Les cours de clown sont plein de gens à la recherche de ce personnage décalé, de leur  moi profond, et de leur fantaisie enfouie sous le poids du quotidien.

Cette quête est bien égitime  ! Perdre le contrôle de soi , lâcher prise, se défouler en se marrant comme une baleine ! Oui  faire le clown, se mettre dans tous ses états...se livrer corps et âme ! 

Mais moi, j'ai du mal à trouver mon clown....

A l'approche des élections présidentielles ! Pourtant  quel cirque ! 

Que c'est dur de trouver son clown,

face à la montée en puissance de l'extrême-droite....

Pourtant, je voudrais bien  trouver mon clown !

Si  !  Je veux faire rire à tout prix et faire le clown quoiqu'en disent les descriptifs de stages de clown ! 

Il me plaît ce  personnage  naïf, sensible  imaginatif, curieux, fragile et fort à  la fois, qui  n'a même  pas peur de montrer sa vulnérabilité et ses émotions. Oui rien que ca. Il paraît que c'est un grand optimiste, le clown. Il  transforme ses échecs en victoire : ah lalalala ! Il joue de ses limites et de ses défauts. Si seulement  !  (gros soupir).

Face à  la fureur du monde, de France et de Navarre, face à notre misère, nos failles, nos incertitudes, nos impuissances...

J'ai du mal à trouver ce clown !

Trouver ce beau  sens de la dérision et de l'humour,  de la démesure et de l'exgération.

Comment trouver ce clown ? 

dans ce vaste western violent, où certains jouent aux dangerous cowboys !

Ou sont les clooooowns ??? les clowns, les clowns, les clowns !  Ces personnages hors-normes, subversifs, impertinents, qui  portent un gros nez rouge, qui se fichent du ridicule. Ils n'en meurent pas du ridicule, ils n' en sortent pas plus forts mais grandis et plus truculents que jamais !

 Ils sont maladroits  face au monde. Ils n'agsissent pas comme les autres, ils sont des anti-héros. Ils arrivent difficilement à  pas grand chose malgré tous les efforts possibles mais s'en tirent par un grand éclat de rire général !  et ils dansent et ils se fichent du qu'en-diront-on et ils font plein de choses inutiles et  plein de bêtises qui font rire les enfants.   Ils jouent du bandoneon très  mal mais c'est chouette et poétique ! Eux sont loin d'être inutiles  Et voilà !  

Bon,  je vais continuer de chercher, tant qu'il y a de la vie, y a de l'espoir et dans "espoir", y a "POIR" !

 

Posté par Bilichou à 18:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :