L'imaginarium de Myrtille Taff

03 mars 2019

Hippo et Paulette : l'entretien d'ébauche !

 

P1000750

 

De la pompe hydraulique à actions olfactives en mileu surnaturel. Découvrez un incroyable entretien de recrutement  , en cliquant sur la vidéo ci-dessous !  Ca envoie du bois et bien d'autres choses encore

 

 Voir aussi le coaching de Hippo et Paulette

Hippo et Paulette, youtubeurs !

 

 

OFFRE DE POIDS

 INTIUTLE DU POSTE

  • Responsable robot de laboratoire centre de création parfumerie, pigiste sécteur du luxe , référent actions culturelles et pédagogiques, hor les murs


DESCRIPTION DU RECRUTEUR

  • Ville surclassée depuis 2014, la collectivité s’est engagée dans un process de modernisation de son administration et des politiques RH tournées vers la qualité de vie au travail de ses collaborateurs.  L’apporteur de solutions RH est un acteur majeur du recrutement et de l’Intérim, dans les secteurs du Luxe Couture Mode, Tertiaire, Beauté et le Supply One again

 

 DESCRIPTION DU POSTE

  • Commande, réception et contrôle olfactif des matières premières utilisées par le robot
  • Préparation des statistiques mensuelles de la charge de travail du robot et s’inscrire dans une démarche « bibliothèque 3ème lieu » en direction du public.
  • Elaborer et fournir des indicateurs de pilotage et d’analyse de l’offre de documentation en ligne. Collaborer avec l’ensemble des composantes et des services de l’établissement , pour l’acquisition, la mise en place et la bonne utilisation de l’offre deS périodiques imprimés.
  • Rédaction des bordereaux, préparation physique et organisation des versements et des opérations d’élimination, suivi des opérations de broyage
  • Réfléchit en équipe et met en oeuvre  le logiciel de programmation musicale et contribue à Sa mise en valeur AVEC les animatrices du programme musical via un enrichissement des outils de programmation en données biographiques, anecdotes… ;
  • Contribuer à l’optimisation et l’amélioration des outils, processus et méthodes du cabinet

DESCRIPTION DU CANDIDAT

  • Bac+3  idéalement   en chimie et avec une expérience professionnelle dans l’industrie du parfum , qui vous garantissent une bonne connaissance des matières premières de parfumerie et des protocoles de préservation de leurs propriétés organoleptiques.
  • Ø Capacité  à travailler en transversalité
  • Ø Connaitre la réglementation et les procédures relatives aux marchés publics, connaissances budgétaires généralES
  • Ø Expérience de réco­le­ment et de trai­te­ment de masse, avec mise en appli­ca­tion de tableaux de ges­tion.


18 février 2019

Tragédie du quotidien : métro

Métro parisien

Pas de long de discours, les images parlent d'elles-mêmes...

Posté par Bilichou à 18:42 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :

09 février 2019

Un dimanche soir sur la terre...

Avenue des Champs-Elysées de nuit

Posté par Bilichou à 17:54 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,

08 février 2019

Un soir de février sur la terre...

bar de nuit

Vendredi soir

Posté par Bilichou à 17:22 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags :

27 janvier 2019

Chronique musicale d'une martienne

 

pochettes de diqsques vinyl

 

Le blog de l’extra-ordinaire Mélanie Bauer, journaliste musicale sur France Inter et Radio Navo, m’a inspiré ce modeste billet de néophyte. Plus précisément, dans une de ses chroniques, elle évoque les goûts musicaux de l’homme de 50 ans, lorsqu’il était adolescent dans les années 80.

- Le Salon de Mélanie Bauer

Le tube à essai était un laboratoire de création, musique, poésie, stand up, lectures, slam. Mes amis ... et les amis de mes amis... L'idée : créer une dynamique, un réseau vivant plutôt que virtuel, devenir promoteur amateur avec une sélection de...

http://www.melaniebauer.fr

 

Comme Mélanie Bauer,  je m'approche de la cinquantaine et  je me suis plutôt bien identifiée à cette chronique. Adolescente dans les années 80, j’étais en décalage total avec les congénères de mon âge. J’écoutais Jacques Brel en boucle, la larme à l’œil. La musique de mon époque ne me plaisait pas du tout. Les clips que je regardais à la télé m’insupportaient. Annie Lennox, la chanteuse d’Eurythmics , avec ses cheveux oranges tout courts et son allure robotique, m’effrayait avec son air  « Sweet dreams ». Je trouvais aussi Rod Stewart ridicule avec ses cheveux blonds paille en pétard qui jouait les séducteurs.

Je faisais un véritable rejet de la musique pop et rockn’roll en général. Quand j’étais petite, mes parents tentaient de mettre parfois, le disque « Pin’up » de David Bowie qu'un ami leur avait offert.  La pochette du disque avec le chanteur et sa copine extraterrestre me foutait les jetons. Je me mettais à hurler quand mes parents commençaient à écouter le disque. Je ne supportais ni la musique, ni la voix de David Bowie. Pourtant ses chansons et notamment, "Space Odity" m'aident tellement à vivre maintenant.  Enfant, j’avais été éduquée à Bobby Lapointe, Jacques Brel, Jean Férat que j’aimais bien chacun  dans leur genre. D’autres chanteurs  tel Léo Ferré m'ennyaient davantage….(des chanteurs engagés comme Marc Ogeret me laissaient plutôt froide…)

Pour revenir à mes déboires adolescents, en séjour linguistique en Angleterre, une fille m’avait demandé si  j’aimais, « Wham ». Je lui avais dit que j'ignorais l'exitstence de ce groupe. Elle m’avait répondu que ça craignait si je ne connaissais même pas  le titre, « Wake me up, before you go go ! ». Ca craint, ça craignait grave. Je ne suis pas sûre tout de même que George Michael assumait totalement cette période Boys band. On peut dire que par la suite le garçon s’était pas mal lâché et avait donné libre cours à son inspiration.

C’était donc la loose totale, aux yeux de tous. J’aurais pu vivre longtemps  dans ce marasme en me vautrant dans mon pur anachronisme et décalage musical. Toutefois, c’était sans compter ma meilleure amie de l’époque (Carine), qui était mon opposée en tout. Elle avait tout expérimenté avant moi, la musique, la vie, les garçons. Concernant ce dernier point épineux, je vivais aussi sur la planète mars, elle me consolait ou le croyait, en me disant, « tu verras, tu vas rencontrer un étudiant en droit socialo »….Pour mémoire, nous vivions à l’ère miterrandienne. Elle me voyait donc avec un gars majeur de deux ou trois ans de plus que moi, sérieux et légèrement de gauche. Enfin bref, Carine a fait mon éducation musicale et m’a initié à la musique de l’époque. Elle, écoutait des trucs alternatifs et underground (enfin à mes yeux). Elle m’a fait découvrir les Bérurier noir (« Les Béru » pour les intimes ),  Ludwig Von 88, qui hurlait pendant tout le morceau, « Ouh la oulala j’ai mal ! »

houlala_1024x1024

ou bien encore le chanteur délirant allemand Klaus Nomi, le visage maquillé de blanc, les yeux et la bouche peintes en noir. Je me souviens de sa voix qui montait dans des aigus percutants sur des tonalités d’opéra. Il est mort tragiquement et prématurément des suites du sida, comme chacun sait (genre je fais mon experte musicale)

index

Toutefois, j’ai eu une véritable révélation musicale avec un groupe, plus consensuel et plus classique mais très en vogue, « Depeche mode ». Même si je connaissais le très simplet tube « I just can’t get enough », Carine m’avait fait écouter la chanson « Shake the disease » et j’avais trouvé ce morceau incroyable, fait pour moi. Ils alliaient une certaine élégance froide, le chic entraînant d’une musique New Wave bien léchée, et synthétique. C'était le début d’une grande histoire d’amour avec ce groupe anglo-saxon, je vibrais à chacun de ses tubes et hurlais dans leur concert. J’aime toujours la voix chaleureuse du charismatique David Gahan surtout dans l’album solo, « Angels & ghosts » réalisé avec les soulsavers.

 

Avec Depeche mode, j’entamais une période New Wave de…trois mois (l'histoire avec le groupe dura plus longtemps)

Je me suis mis à traîner avec des adeptes du genre  aussi bien des amis de lycée que des larrons de dix-huit ans censés être étudiants. Les cheveux plus ou moins en pétard, en tenue noire et grise mais pas trop excentrique non plus, on buvait des cafés dans des rads miteux près de notre lycée ou au forum des halles, en se disant, « La mort c’est beau, on va tous mourir ». Les copains m’avaient fait des compilations  de groupes, New Wave (voire back Cave, oui le comble de la noirceur) sur des cassettes audio. Je ne pouvais pas écouter cette musique trop longtemps, cert certains groupes foutaient les jetons. Ils m’avaient enregistré, Joy division, Sisters of Mercy (à la voix tremblante, sûrement dû à une absorption massive d’expressos ), les doux Smiths (tadaaa...), Siouxie and the banshees (plutôt rock), les rêveurs Cocteau Twins. Elizabeth Fraser me fascinait. Dans une interview du journal, "Best", elle expliquait qu'elle trouvait les concerts éprouvants et qu'il lui arrivait de les interrompre au bout d'un quart d'heure. Elle ne comprenait pas pourquoi cela contrariait son public... Et puis il y avait aussi un groupe français, « Opéra de nuit », ça vous dit quelque chose ? Ils chantaient :  « nanananan, je rêvais de me fondre dans ses bras si fragiles… ». Et puis la radio Oui FM démarrait dans les années 80, très branchée, rock, New Wave, avec des groupes souvent inaudibles qui chantaient  des airs éthérés voire agonisants….

Bien entendu, j’écoutais aussi Cure, que je n’ai pas aimé forcément tout de suite. La voix  de Robert Smith m’agaçait.  Evidemment, quand j’entends encore par hasard «A forest » , j’ai de sacrés rechutes Dark et l’envie de me crêper le chignon. Il existe d'ailleurs une version live renversante de ce morceau dont l'intro est à tomber par terre. Cependant, ma période New Wave a pris fin un jour. Alors que j’étais à la cafèt de Casino avec mes amis dépressifs et ramolllos du ciboulot, la discussion avait pris une sale tournure. Le leader du groupe âgé de dix-huit ans avait commencé à tenir des propos racistes sur les immigrés qui n’avaient qu’à rentrer chez eux. Moi qui étais plutôt dans l'écoute d'une manière générale, je me suis énervée contre eux et je me suis barrée sans autre forme de procès.

Par la suite, j’ai arrêté de boire du café tout le temps, mes goûts musicaux se sont diversifiés. J’ai continué à m’y connaître toujours aussi mal en musique. Je flânais aux rayons de CD à la la FNAC et à la bibliothèque de mon quartier. J'écoutais ce qui m’inspirait : Noir désir, Maxime Le Forestier, Cesaria Evora, Garbage, Yann Tiersen, Les têtes raides et surtout Higelin ! Higelin que j’aimais beaucoup et que j’aimerai toujours énormément.

A présent et depuis un moment, c’est mon doux et tendre, qui s’y connaît pas mal en musique et qui me fait découvrir de nombreuses choses différentes ….Il aime plutôt le rock anglo-saxon mais pas seulement,…Bref, Il a une play-list MP3  etonnante

"Et c'était bien ! " dirait Bourvil, dans "Le Petit bal perdu".....

 et pour clore ces aventures musicales qui ne s'achèvent jamais vraiment, la  musique funcky et soul me botte de plus en  plus à l'approche de la cinquantaine. Si l'adolescente New Wave le savait, elle me renierait.

 

 

 

18 janvier 2019

Butte aux cailles by night (Paris 13ème)

Fresque murale, Butte aux cailles

Butte aux cailles

Fresque murale (Seth) , Butte aux cailles

Fresque murale, Butte aux cailles

Butte aux cailles, rue de nuit

Fresque murale, Butte aux cailles

Fresque murale, Butte aux cailles

Fresque murale, Butte aux cailles

Butte aux cailles, rue de nuit

Fresque murale, Butte aux cailles

Fresque murale, Butte aux cailles

Dautres séries de photos de quartiers parisiens :

Retrouvez sur Flickr :
L'album  : "La Butte aux cailles"
L'album ; "Paris 20ème"

Retrouver des photos sur le 1Oème arr de Paris :
Album Paris 10ème
 2 articles sur le 10ème arr de Paris: ICI   et LA

 

 

Posté par Bilichou à 16:00 - Commentaires [4] - Permalien [#]

06 janvier 2019

#Monmoisàmoi - 1

 

Pour commencer cette si merveilleuse année 2019,  (entre nous, 2019, c'est pas joli-joli comme chiffre et pas franc du coollier), je vous livre un texte faisant le bilan de l'année 2018. L'idée ne vient pas de moi mais de la brillante Justine patronne du blog, Vivre plus simplement qui propose que de gentils internautes fassent le bilan de chaque mois écoulé :

#Monmoisàmoi - 1

BONNE ANNEE !!!!!!Oui avant toute chose, je te souhaite une année remplie de merveilles, d'apprentissages, de révélations, de lumière, de belles surprises et surtout, remplie d'amour ! C'est le premier article #Monmoisàmoi J'en profite alors pour introduire cette nouvelle catégorie en t'expliquant exactement mon idée.

http://blogdunepartageuse.com

 

En ce mois de janvier, rien de tel qu'un bon petit shake up, un bilan de l'année 2018, pour vous mettre en train et vous revigorer les globules rouges. Rien que ça, tout un programme ! L'année 2018 n'a pas été facile, facile, côté turbin. J'ai changé de responsable et je l'ai pris pour Dieu. Je  pensais qu'il allait tout changer et que tout cesserait d'être diffcile et douloureux. De beaux horizons miraculeux allaient s'ouvrir devant moi. Faut dire qu'il nous avait chanté monts et merveilles à la mandolin mais les belles promesses n'ont pas été tenues. Dans notre face ! Que du décousu, de l'instable, du déséagrable. Sans trop entrer dans les détails, mon service a été fermé pour travaux, puis a réouvert dans une désorganisation totale et une ambiance tendue et conflictuelle.
J'ai beauvoup subi et continue de subir. Toutefois, j'ai pris aussi des décisions même si elles n'ont pas été immédiates. J'ai pris contact avec une conseillère pour faire le point sur ma situation professionnelle et effectuer des démarches pour trouver un nouvel emploi. Son enthousisasme et ses conseils m'aident énormément. Je la vois depuis septembre dernier. D'autres entretiens sont prévus en principe les cinq ou six prochains mois. J'ai également entamé un suivi d'un autre ordre en fin d'année dernière mais je n'en dirai pas plus. (je ne vais pas vous raconter toute ma vie, non mais..)

Durant toute cette année,  j'ai oscillé entre enthousiasme solaire, volonté d'y croire et découragement noir et profond. Heureusement, ce qui me sauve, ce sont mes marches dans la campagne qui me régénèrent et m'emerveillent. Heureusement que Dame nature (si malmenée comme nous le savons tous) est là pour apaiser mes maux de grande sensible et mon petit coeur tout mou. Bien d'autres choses aussi m'émerveillent....

J'ai terminé l'anéee, épuisée. Avec celle qui commence, je voudrais avoir du courage d'une manière générale.  Je me souhaite la force de chercher du travail et ne pas abandonner, prendre du recul vis à vis du mien, avoir moins peur, laisser la place à l'enthousiasme, mettre des robes à fleurs plus souvent, même si je ne suis pas toute jeune. La jolie quarantaine qui touche à sa fin bientôt... J'ai aussi l'envie (je voudrais éviter le mot "projet" qui me fait penser à tu sais qui...) de faire une courte vidéo sur ma situation de crise professionelle, drôle et décalée si possible parce que faut RIGOLER tout de mêeeême ! Cette vidéo pour parler aussi de problèmes récurrents dans le monde du travail.

A la quesiton de l'année de Justine : Pour quoi est-ce que je suis reconnaissante ? :
Je répondrai, je suis reconnaissante à mon amoureux qui me soutient, ça ne doit pas être drôle tous les jours de vivre avec une tragédienne lyrique et reconnaissante aussi pour bien d'autres choses mais point trop faut n'en dire non plus.... Je suis reconnaissante à F... une amie qui m'a aidée et a été de bons conseils dans ces moments diffcile (et d'autres copines ausst)! Je remercie aussi Hippo et Paulette qui m'ont soutenue eux aussi mais c'est une autre histoire. :-)

Je suis reconnaissante à Justine dont je trouve l'idée motivante de parler de sa vie, de ses envies, ....de manière collective et collaborative

et voici ma photo de l'année qui en dit long ? :

P_20181210_194820_vHDR_Auto - Copie

 

 

Posté par Bilichou à 18:31 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags :

01 janvier 2019

L'apocalypse !

Hippo et Paulette : L'apocalypse 2019

 

Posté par Bilichou à 11:43 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,